L’immobilier, un actif intergénérationnel pour se créer un patrimoine

 Le rêve des français, quelque soit leur âge, est pour une grande majorité, l’accession à la propriété. Propriétaire de son logement, par héritage ou par acquisition directe, est une aspiration des différentes générations de français.

Afin d’analyser les différences de perception du patrimoine immobilier entre classes d’âges, mais également les transferts de patrimoine entre générations, le Crédit Foncier a demandé à l’Institut Elabe de réaliser une enquête sur le sujet.

Une perception positive à tout âge

La propriété est perçu de manière positive par toutes les générations et situations patrimoniales actuelles. Cette idée prend ses racines tout d’abord dans le sentiment commun, et constant quel que soit l’âge, d’“être chez soi” d’après 67% des personnes interrogées par Elabe pour le crédit foncier.

Quelles que soient les tranches d’âge, la propriété est également perçue comme un moyen de se constituer un patrimoine pour son avenir (49 % total citations) et celui de ses enfants (54 % total citations), et un moyen de sécuriser sa situation pour la retraite (50 % total citations).

On voit ici l’importance de l’immobilier dans la création d’un patrimoine. Cette caractéristique se retrouvant le plus souvent dans la prise de décision d’investissement locatif notamment dans la loi Pinel. Dispositif gouvernemental permettant de se constituer un patrimoine immobilier en défiscalisant une partie de ces impôts (cf. Loi pinel gouvernement).

La propriété est également un moyen d’indépendance pour 37 % des sondés pour toutes les classes d’âge. Chez les jeunes notamment, elle est « une fierté » (36 % des citations chez les 18-24 ans) et « un signe de réussite sociale »(27 % des citations chez les 18-24 ans). Elle n’est considérée comme « inutile » que par 3 % des personnes interrogée.

L’immobilier, un placement privilégié par les épargnants

La pierre reste clairement le placement préféré et privilégié par les français, ainsi, la part de l’immobilier dans le patrimoine d’un épargnant français est de 66 % du patrimoine total.

Interrogés par Elabe, 7 Français sur 10 affirment qu’ils feraient le choix de la pierre s’ils recevaient une importante somme d’argent. 33 % au moyen de l’investissement locatif comme la loi Pinel .(45 % chez les 18-24 ans contre 19 % chez les 65 ans et plus), 30 % en achetant leur résidence principale et 9 % une résidence secondaire.

Si le choix de la fonction du bien varie fortement selon la situation patrimoniale du répondant, le choix de l’immobilier est invariable (68 % parmi les actuels propriétaires de leur résidence principale, 42 % privilégiant l’investissement locatif ; 79 % parmi les locataires de leur logement, 58 % privilégiant l’achat de leur résidence principale).

La part du patrimoine financier moyen est beaucoup plus faible que celle du patrimoine immobilier même si elle augmente avec l’âge, mais de manière nettement moins marquée que le patrimoine

immobilier. Cela s’explique par le fait que les ménages s’endettent pour se constituer un patrimoine immobilier.

Globalement, le patrimoine financier reste plus faible que le patrimoine immobilier à tous les âges de la vie.

Les taux bas à la rescousse de l’immobilier

Les ménages français avancent des difficultés issues pour la plupart de la hausse des prix de l’immobilier et d’une baisse de leur pouvoir d’achat, ils ont à l’inverse conscience que la baisse des taux d’intérêt facilite l’accession à la propriété. 68% des Français déclarant qu’il est facile d’accéder à la propriété ont ainsi avancé les taux comme facteur favorable. Ce phénomène perçu par les ménages est particulièrement puissant puisqu’en France, la baisse des taux a permis d’augmenter de 30 %, entre 2008 et 2016, le bien qu’un ménage peut acquérir pour une même mensualité.

Laisser un commentaire